Toute la famille royale aux funérailles de Vittorio Emanuele de Savoie, d’Albert de Monaco à la jeune Maria José

Toute la famille royale aux funérailles de Vittorio Emanuele de Savoie, d'Albert de Monaco à la jeune Maria José

De Enrica Roddolo

Princes et princesses d’Europe, la nouvelle doyenne de la Maison de Savoie, Maria Pia. Avec les nouvelles générations de la maison des rois d’Italie. Voici qui sera là (et qui ne sera pas au Duomo)

Albert de Monaco et Charles de Bourbon des Deux-SicilesLe Habsbourg et sœur du roi Philippe de Belgique (et peut-être sa mère Paola Ruffo de Calabre
) et le Prince Jean-Christophe Napoléon descendant de Bonaparte. Avec le doyen de la Maison de Savoie, Maria Pia (90 ans) e Maria Jose. Ce n’est pas la dernière reine, l’arrière-petite-fille qui porte le même nom qu’elle.

Les funérailles de Vittorio Emanuele de Savoie qui sera ensuite enterré à Superga, rappelleront les princes et princesses à Turin. Turin, qui n’est plus la capitale depuis l’époque des Savoie, reviendra le temps d’une journée au cœur de l’aristocratie, samedi 10 février. Avec des obsèques sur invitation, comme tous les grands événements royaux : des mariages aux enterrements.

Comme lors de la mort du roi Umberto II en mars 1983.et se retrouvèrent dans les Alpes dans l’abbaye médiévale de Altacomba pour les adieux au dernier roi d’Italie, souverains et anciens rois. Farah Dhiba est arrivéela shabanou, l’épouse du Shah de Perse qui a toujours entretenu une véritable relation d’amitié avec la famille savoyarde après tout Vittorio Emanuele décédé samedi dernier à Genève avait épousé Marina Doria à Téhéran en 1971. Et il est arrivéet Baldwin et avec la reine Fabiola de Belgique: La reine Maria Jos, avant d’entrer dans la Maison de Savoie, est née à Ostende et a grandi en Belgique, fille du roi Albert Ier et d’Élisabeth de Bavière. Et puis Roi Siméon de Bulgarie lié aux Savoies et au roi Juan Carlos de Bourbon.

Et samedi, dans la Cathédrale de Turin, le défilé des membres de la famille royale et des anciens dirigeants ne sera pas moins impressionnant, avec de nombreuses confirmations des noms mentionnés pour la première fois lors de la cérémonie. Courrier le lundi: dau palais de Monaco ils confirment qu’Albert de Monaco sera là, lié par amitié au Prince Emanuele Filiberto et à qui Vittorio Emanuele avait décerné le Collier de l’Annunziata, a changé d’agenda pour être là. Alberto il était également témoin au mariage de Filiberto et Clotilde quand ils se sont mariés à Rome, à Santa Maria degli Angeli.

Déterminé à être là aussi le prince Charles de Bourbon: deux familles divisées par l’histoire de l’unification de l’Italie mais liées par un destin commun loin du pays. Et aussi du choix commun de changer le droit successoral en faveur de la lignée féminine, rompant ainsi la note de la loi salique : Vittorio Emanuele avait affronté Charles de Bourbon avant de prendre une décision, nous a confié le prince de Bourbon.

Et avec le pape Charles de Bourbon, La jeune princesse Maria Carolina tente de se rendre à Turin depuis les États-Unis de Bourbon des Deux-Siciles, duchesse de Calabre et duchesse de Palerme : vingt ans comme l’héritier de Savoie, la princesse Victoria dont elle était très proche.

Représentant le Roi de Belgique, Philippeattend sa sœur : la princesse Astrid Archiduchesse d’Autriche-Este, épouse du prince Lorenz de Habsbourg-Lorraine,

fils de Maria Cristina d’Aoste. Même le prince est dans la cathédrale de Turin Martin de Habsbourg. Et avec lui des représentants du Orléans, de la famille Bourbon-Parme et prince Napoléon marié à la comtesse autrichienne Olympia, également descendante de Marie-Louise d’Autriche, seconde épouse de Napoléon Bonaparte.

Outre les anciens dirigeants de l’Albanie et de la Grèce, les enfants de l’ancien roi Constantin ont été enterrés il y a à peine un an. Et tout comme pour les funérailles en 2023 à Athènes de l’ancien roi Constantin de Grèce, les funérailles de Vittorio Emanuele, prince qui n’a jamais été roi d’Italie, rassembleront l’élite européenne.

Encore une fois, tout comme à Athènes où régnait le scepticisme, personne ne croyait, encore moins les autorités helléniques, que ces funérailles pourraient faire voyager Juan Carlos et Sofia d’Espagne en Grèce, même la princesse Anna de Londres.

Princes et rois, et représentants des Ordres comme le Grand Maître de l’Ordre de Malte, ils pourront accéder à la chambre funéraire du Royal Venaria pour un hommage privé, comme ce fut le cas pour la reine Elizabeth à Londres. Cependant, chacun aura encore l’occasion de saluer le prince de Savoie vendredi à la Venaria Reale dans la chapelle Saint-Ubert – le seul moment déjà officiellement communiqué par le protocole de la maison. Il sera ouvert au public vendredi de 13h à 21h. Emanuele Filiberto arrivera à 12h30, puis rejoint à 16h00 par sa mère, la princesse Marina de Savoie, avec la princesse Clotilde et la princesse héritière Vittoria, princesse de Carignano, avec sa sœur cadette, la princesse Luisa., princesse de Chieri. Qui voyageront ensemble de Genève à Turin pour dire au revoir à un mari, un beau-père, un grand-père. Devant un prince.

Emanuele Filiberto, désormais nouveau duc de Savoie – le XXVII de l’histoire millénaire de la maison – et le nouveau Grand Maître des Ordres dynastiques de Savoie était enfant au moment des funérailles royales de son grand-père en 1983.

Au moment des funérailles du grand-père Umberto en 1983, je pense que j’avais 11 ans, j’étais allée avec papa lui rendre visite à l’hôpital deux ou trois fois quand ils l’avaient admis à Genève mais quand la fin est arrivée, non. Pap a déclaré que les enfants et les jeunes ont la vie devant eux et ne doivent pas affronter la mort. Alors aussi mes filles Vittoria et Luisa, très proches de leur grand-père, j’ai préféré rester à Paris et Londres, pour l’instant… et puis nous venions de fêter, tous ensemble à Gstaad, l’anniversaire de Vittoria fin décembre, il a dit
Emanuele Filiberto parlant avec le Courrier lors de sa première interview après la mort de son père. Lors de ces funérailles, aux côtés de son père Vittorio, le petit Filiberto avait suivi avec sérieux les adieux de son grand-père Umberto – sa frange blonde se détachant sur le bleu de sa veste.

Ce samedi, ce sera à son tour de conduire les Savoie dans la nef de la Cathédrale. de Turin pour le rite funéraire, avec Marina di Savoia, sa mère, épouse de Vittorio Emanuele qui, deux jours plus tard, aura 89 ans: l’anniversaire le plus amer. Avec eux l’épouse d’Emanuele Filiberto, l’actrice française Clotilde Courau et la nouvelle héritière de la maison, Vittoria avec sa sœur cadette Luisa.

Et comme pour ces obsèques de 1983, les Savoie dispersés depuis l’après-guerre mais aussi des mariages royaux ou bourgeois, en Europe et dans le monde, se retrouveront sous les voûtes de la Cathédrale. Mais les années et les maux familiaux vont faire des ravages sur certaines absences..

Ainsi aux premiers rangs de la Cathédrale toutes les sœurs de Vittorio Emanuele ne seront pas làmais le doyen sera là
Maria Pia autant qu’on puisse l’anticiper. Maria Pia, peut-être la plus proche de son frère Vittorio, a toujours eu une attitude protectrice à son égard. Maria Pia qui, malgré ses 90 ans, n’a jamais perdu son dynamisme, sa personnalité. La fille aînée d’Umberto, devint première princesse de Yougoslavie, en épousant Alexandre Karadjorjevic, puis après le divorce d’avec son premier mari également princesse de Bourbon-Parme, en épousant le prince Michele de Bourbon-Parme.. Elle sera la sœur du défunt Vittorio Emanuele, lien avec l’histoire de la Maison entre les bancs de la Cathédrale.

Et avec Maria Pia son fils le Prince Serge arrivera de Paris à Turin, et de New York le prince Dimitritandis que l’autre fils, le prince Michel, un financier passionné d’art, retenu au Mexique par ses engagements professionnels, ne sera pas là. Et si Maria Pia, la fille aînée du roi Umberto et Maria Jos, sera là, problèmes de santé selon ce qui a été reconstitué dans ces heures par Courrierils empêcheront plutôt les deux autres sœurs du prince Vittorio Emanuele d’arriver à Turin: Maria Gabriella, la sœur semblable à une jumelle de Vittorio Emanuele qui était souvent en désaccord avec son frère, a en effet été hospitalisée dans le même hôpital de Genève où est décédé le prince. Mais si Gabriella manque, il y aura la princesse Elizabeth de Balkany avec son mari Olivier Janssens et leurs quatre enfants.

La plus jeune des filles de Maria Jos, Maria Beatrice, dite Titti, qui lui ressemble le plus, nous manquera également. Une vie passée au Mexique, en Amérique du Sud, où il se trouve actuellement. Je serai là dans la cathédrale pour Maria Jos. Pas la reine du « Mai », mais la sienne arrière-petite-fille de vingt ans à qui on a donné le même nom qui arrivera avec sa mère Asaea, fille de Tweety. La noblesse et la royauté du monde entier mettront en lumière l’ancienne capitale savoyarde.

Corriere della Sera également dans WhatsApp. assez Cliquez ici pour vous abonner à la chaîne et être toujours mis à jour.

8 février 2024 (modifié le 8 février 2024 | 13h57)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *