Aller au contenu
Home » Blog » Témoignage. Haute-Savoie : un cycliste éclipsé par un passager dans une voiture à Leschaux

Témoignage. Haute-Savoie : un cycliste éclipsé par un passager dans une voiture à Leschaux

La bêtise humaine n’a pas de limites. La mise en danger délibérée et gratuite d’un jeune cycliste amateur ce mardi 13 septembre illustre tristement la citation.

Le cycliste amateur Mathis Decroux se dirigeait vers le panneau indiquant les huit derniers kilomètres du col de Leschaux lorsqu’il a été poussé par le passager avant d’une voiture qui avait atteint sa hauteur. Le jeune photographe annécien n’a pas pu éviter la chute, se grattant lourdement le côté gauche sur la route. Photo Le DL/MD

Montée au col de Leschaux, 16h25 Mathis Decroux, 25 ans, fait sa séance vélo journée. Le triathlète amateur vient de passer le panneau indiquant le sommet des huit kilomètres lorsqu’il entend une voiture arriver derrière lui.

J’ai senti mes mains sur mon épaule, je ne pouvais rien faire

« Je suis danseur, je cours à une vingtaine de kilomètres à l’heure, ce n’est pas très raide. Habitué à se faire doubler, le cycliste voit cette fois la voiture s’approcher de lui de près, de très près. « Je me suis dit encore un con qui se brosse, j’aurais pu mettre la main sur le capot. Et puis j’ai senti les mains sur mon épaule. Il m’a poussé, j’étais déséquilibré, je ne pouvais rien faire », raconte Mathis qui est repoussé au second plan. L’impensable vient de se produire.

« J’ai essayé de me contrebalancer sur mon vélo mais je n’ai pas pu. Mathis est tombé lourdement sur la chaussée et côté gravillons, se grattant profondément le côté gauche à plusieurs endroits. « Quand je me suis levé, j’hallucinais de ce qui venait de m’arriver. J’aurais pu glisser une main sous la voiture. « 

En fuite, une petite voiture gris clair aux formes arrondies

Tout s’est passé en quelques secondes, Mathis n’a pas eu le temps de voir les occupants, mais a décrit une petite voiture gris clair à la carrosserie arrondie. « J’ai instinctivement regardé ma roue avant, essayant de récupérer. Après ma chute, mon premier réflexe a été d’essayer de voir la plaque », explique Mathis, qui a porté plainte dès le lendemain auprès de la brigade de gendarmerie de Saint-Jorioz. Une enquête a été ouverte.

Choqué, le photographe professionnel indépendant a partagé sa mésaventure et ses blessures (cinq jours d’ITT prescrits) avec ses 12 300 abonnés Instagram. Une belle caisse de résonance pour sanctionner l’acte d’imprudence dont il a été la cible mais pas suffisante pour sensibiliser les cyclistes.

«Je suis vraiment énervé par ce genre de comportement pitoyable. J’ai été ciblé dans une situation où je me trouvais très vulnérable. Les conséquences auraient pu être bien plus lourdes. Geste inconscient, bêtise humaine ou pari stupide, aucune raison n’est valable, c’est de la violence gratuite », raconte Mathis qui le lendemain s’est remis en selle pour surmonter le traumatisme et gravir le col de Leschaux.

Malgré la malchance et les blessures subies, dimanche 18 septembre le triathlète amateur haut savoyard Mathis Decroux était dans le Vaucluse pour s'aligner pour le Ventouxman (2 km natation, 90 km vélo avec 2400 mètres de dénivelé positif et 20 km de piste avec 450 mètres D).  Sa détermination de compétiteur l'a emporté sur la bêtise de l'acte dont il a été victime.  Photo Le DL / Rémi CADET

Malgré la malchance et les blessures subies, dimanche 18 septembre le triathlète amateur haut savoyard Mathis Decroux était dans le Vaucluse pour s’aligner pour le Ventouxman (2 km natation, 90 km vélo avec 2400 mètres de dénivelé positif et 20 km de piste avec 450 mètres D). Sa détermination de compétiteur l’a emporté sur la bêtise de l’acte dont il a été victime. Photo Le DL / Rémi CADET

« Psychologiquement j’ai dû lutter contre un sentiment d’insécurité que je n’avais jamais eu, ce n’était pas facile. A chaque voiture qui me croisait, je pensais à la chute, prêt à tenir la plaque », avoue celui qui a surmonté ses blessures pour relever un beau défi à ses yeux. Je n’avais pas l’intention de réduire tous les efforts d’un super préparation, ça aurait été un gâchis excessif, tout pour les marionnettes », explique Mathis Decroux, finisher ce dimanche 18 septembre du Ventouxman dans le Vaucluse. Un triathlon format L, avec 2 km de natation, 90 km de vélo (2.400 mètres D+) et 20 km de trail running (450 mètres D+).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.