Skicross – Coupe du monde. Une attaque mortelle, une disqualification et quelques larmes… Duplessis-Kergomard à travers toutes les émotions

Skicross - Coupe du monde.  Une attaque mortelle, une disqualification et quelques larmes... Duplessis-Kergomard à travers toutes les émotions

Il est resté longtemps prosterné dans la zone d’arrivée, discutant avec les membres de la FIS, avec ceux du staff de l’équipe de France puis avec ses proches. Youri Duplessis-Kergomard a eu du mal à retrouver son sourire, quelques larmes il a même roulé sur ses joues. Et pour cause, le Savoyard a franchi en premier la ligne d’arrivée de cette deuxième course à Val Thorens, avant d’être relégué en raison d’une attaque un peu trop franche sur l’Autrichien Johannes Rohrweck.

«J’entre, lui aussi. Il me reste 50 centimètres et c’est exactement là que j’atterris dans ce saut aveugle. Malheureusement il attaque son tour et je perds un peu à l’intérieur, ce qui le déséquilibre », se souvient le skieur de Méribel. « Dès que je franchis la ligne d’arrivée je sais que la disqualification va tomber sur moi », poursuit le 4e.Et mondial.

« Gagner avant tout »

Vu de l’extérieur, l’action peut ressembler à un kamikaze mais ce n’en est pas un. C’est le résultat de la mentalité de vainqueur de l’homme aux cinq podiums en Coupe du monde. « L’année dernière, lorsque j’ai terminé deuxième en finale, j’ai tout fait pour maintenir ma ligne et ma position au classement. Ici aujourd’hui, je me suis dit quand je finis négatif, je m’en fiche de savoir si je suis deuxième, quatrième ou autre, je veux juste gagner. J’ai essayé et ça n’a pas marché, ça marchera la prochaine fois », résume-t-il.

Sylvain Miaillier confirme : « Il sait où il va, c’est une bête de course et gagner est la seule chose qui l’intéresse. Il a du mal à avaler mais cela envoie un message fort à tout le monde : il ne faut pas lui laisser un trou tout l’hiver car il sera dedans s’il n’est pas déjà en avance. » Métamorphosé par six quatre podiums de l’hiver précédent, en confiance tout au long de la semaine, le Savoyard a vu le positif de ces quatre journées : « J’ai gagné tous les entraînements et la deux qualif, cette étape est vraiment positive », a conclu – ils. Et la perspective d’un mois de décembre prolifique se profile avec le format sprint d’Arosa dès lundi (finales, mardi) et de San Candido juste avant Noël.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *