Aller au contenu
Home » Blog » Ski alpin. Laura Gauché et Romane Miradoli en préparation avec l’ancien coach de Christophe Lemaître

Ski alpin. Laura Gauché et Romane Miradoli en préparation avec l’ancien coach de Christophe Lemaître

Évitez la routine. Cassez le quotidien en apportant de la diversité. C’est l’objectif de l’entraîneur et préparateur physique de l’équipe de France féminine de vitesse, Clément Perez.

Aux commandes du collectif pendant quatre ans, l’Alto Savoiardo, qui a travaillé pour le Comité de Savoie (hommes et femmes) avant de rejoindre les CFF quand Alberto Senigagliesi l’a appelé, sait que tout doit se dérouler en petit comité. Au centre d’un premier gros bloc physique (qui a débuté le 23 mai) de huit semaines – entrecoupées de deux semaines à ski aux Deux Alpes -, il a réussi à amener ses skieurs à un point d’escalade.

Et avant une petite session estivale de biathlon sur le site de La Féclaz cette semaine, Romane Miradoli et Laura Gauché ont passé une journée au pied du Mont Revard, à l’hippodrome d’Aix-les-Bains.

Perez : « On vient profiter de l’expérience de Thierry (Tribondeau) »

« L’idée est de varier les formations en sortant du CNE (Centre national d’Albertville), un outil exceptionnel mais si on peut aussi leur apporter autre chose, c’est bien », glisse Perez.

Sous le soleil, les filles ont retrouvé Thierry Tribondeau, ancien entraîneur de bobsleigh et d’athlétisme qui a apporté sa pierre à l’édifice du bobsleigh français durant cet hiver olympique : « Nous sommes venus profiter de l’expérience de Thierry dans son domaine. Avec son regard plus avancé que son expérience avec Christophe (Lemaitre) notamment ».

Au menu : course à pied, étirements (actifs et passifs), divers ateliers et de nombreux petits exercices pour rythmer la matinée.

« Tout est toujours axé sur la haute performance. Cela donne un bon défi. Les filles sont travailleuses, sérieuses, ont la tête sur les épaules. Le courant passait bien. Ça leur a plu », ajoute Tribondeau.

En attendant le retour de Camille Cerutti – en riathlétisme après la grave blessure (rupture du ligament croisé antérieur du genou droit) subie lors des JO de Pékin (en février) – le duo fonctionne à merveille. « Une vraie dynamique s’est créée. C’est un plaisir quotidien car nous marchons tous dans la même direction. Et cela se voit quand on voit l’engagement mis par les filles sur les skis », ajoute l’entraîneur des flèches bleues.

Après un hiver riche en succès, avec un premier succès en Coupe du monde pour la Haute-Savoie et une montée en puissance évidente pour Tarine, tout va bien. Juste avant d’enfourcher le vélo pour un tour du Lac du Bourget pas du tout détendu – avec la montée du Col du Chat aux seuils programmés – Gauché et Miradoli ont poursuivi leur travail, indispensable avant l’hiver. Ils ont remis en place mardi la couverture du petit stade naissant de la ville thermale.

A partir du 16 juillet, temps des pauses et des vacances. Encore un objectif motivant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.