Aller au contenu
Home » Blog » JO Pékin 2022. Skicross : Bastien Midol, Terence Tchiknavorian, François Place et Jean-Frédéric Chapuis, parce qu’ils peuvent tous devenir champions olympiques

JO Pékin 2022. Skicross : Bastien Midol, Terence Tchiknavorian, François Place et Jean-Frédéric Chapuis, parce qu’ils peuvent tous devenir champions olympiques

Le début, le point clé de Secret Garden

Les spécialistes du skicross s’étaient arrêtés il y a quelques semaines aux Saisies, en Savoie, pour préparer leurs compétitions olympiques et notamment le départ. Le secret du succès.

Sur le petit parcours des Saisies, les sourires sont de sortie. L’équipe de ski cross se porte bien, ce n’est pas un secret. Et quand les sélectionnés olympiques s’entraînent, travaillez dur mais dans une ambiance conviviale. Sans perdre de vue l’objectif final : la médaille d’or à Pékin !

L’idée de l’ultime étape du collectif de ski cross en France avant de partir en Chine était de profiter des possibilités offertes par la commune savoyarde. Dans le but affiché de travailler spécifiquement sur le lancement des Jeux Olympiques Chinois, dont les épreuves se dérouleront au Jardin Secret.

Frey : « Savoir canaliser son énergie »

« On avait les mesures des départs du parcours olympique et du coup on a essayé de les reproduire aux Saisies pour donner confiance à nos skieurs », précise Thomas Frey, l’un des deux entraîneurs, avant d’ajouter : « Avant la course on aura plus plus d’une centaine de départs. dans les jambes, c’est vraiment bien. Ce n’est pas difficile, mais pour aller vite sur ce type de profil, il faut savoir canaliser ses énergies pour faire les mouvements (appropriés) au bon moment. »

Et les six qualifiés – plus Jonathan Midol, remplaçant actif – ont enchaîné les étapes pour se faire une idée précise de l’attitude à avoir. Vaucluse Terence Tchiknavorian, leader de la Coupe du monde avec le Suisse Ryan Regez, a pu conquérir de précieux repères, ainsi que le champion olympique de Sotchi en 2014, Jean-Frédéric Chapuis.

En vidéo il y a Frey, le manager sportif américain Eric Archer à l’ouverture des portes et Arnaud Bovolenta (en argent à Sotchi) en observateur expert des troupes.

Lieu : « Vous n’avez aucune marge d’erreur »

Alto Savoiardo Bastien Midol, troisième du classement général, perd : « Nous avons eu l’occasion de découvrir ce départ en novembre (3ème de la Coupe du Monde au Jardin Secret). La ligne est plate mais plutôt technique, avec deux ou trois grosses et bonnes cuillères. Ils peuvent ou non générer de la vitesse. « 

Avant de se lancer dans quelques courses géantes puis de monter dans l’avion, le champion du monde savoyard 2019 François Place, quatrième de la Coupe du monde de Chine le 25 novembre, souligne : « Nous sommes concentrés sur ce départ. C’est un « début » où vous n’avez pas le droit à l’erreur. Sinon, vous perdez beaucoup de vitesse. Il faudra être précis sur les amortissements et les recettes. C’est pourquoi il est bon de mettre en place une routine pour ne pas se faire surprendre une fois sur place. « 

Les Bleus ont bien essayé leurs gammes. Reste à capitaliser pour décrocher le Graal.

Gauthier CASTALDI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.