Jeux Olympiques 2030. Le monde économique de la montagne invité à participer aux Jeux

Jeux Olympiques 2030. Le monde économique de la montagne invité à participer aux Jeux

Ce jeudi soir à Lyon, Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA) et porte-drapeau de la candidature Alpes françaises 2030, a souhaité mobiliser le monde économique de la montagne, leur faisant partager l’ambition du territoire pour 2030. Jeux Olympiques et Paralympiques d’hiver… avec un mot fort pour Val d’Isère !

En février 2030, il faudra arriver à l’heure pour la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques ! Jeudi soir, dans la salle plénière du siège de la Région, la cérémonie de présentation du dossier au monde économique a débuté avec 25 minutes de retard. C’est l’heure pour les invités venus de tous les massifs de la région (dont l’Ardèche et la Drôme) de prendre place.

Wauquiez : « Je suis heureux de vous accueillir dans cet hémicycle redevenu celui des montagnes »

Trois semaines (du 22 au 26 avril) avant la visite du Comité international olympique (CIO) sur les sites qui accueilleront les épreuves du nord au sud des deux régions AURA et PACA, Laurent Wauquiez a souhaité mobiliser les acteurs économiques. Un grand rassemblement qui les mènera aux Jeux sous le signe des anneaux.

« Je suis heureux de vous accueillir dans cet hémicycle redevenu celui des montagnes », a déclaré Laurent Wauquiez, président de la région AURA, saluant en première ligne Hervé Gaymard et Martial Saddier, présidents des conseils départementaux de Savoie et Haute-Savoie, représentant les deux centres olympiques dont le « Mountain Broadcast Center » d’Albertville.

Au premier rang, Martial Saddier, Gilles Chabert, Jean-Luc Boch…Fabien Saguez, Hervé Gaymared et Fabrice Pannekoucke. PhotoLD

Gaymard : « Je veux rendre hommage au patrimoine d’Albertville »

« Je veux rendre hommage aux travaux de Jean-Claude Killy et Michel Barnier et rendre hommage à l’héritage d’Alberville (1992), évident en termes de notoriété, pour les infrastructures avec les deux voies rapides entre Albertville et Moutiers, l’optimisation des le réseau ferré, les hôpitaux… sans oublier le patrimoine sportif avec la piste de bobsleigh de La Plagne et le trampoline de Courchevel, deux équipements qui ont été entretenus » a rappelé Hervé Gaymard.

Plus triste : « Ces jeux doivent être populaires… »

De son côté, Martial Saddier a remercié Laurent Wauquiez pour son engagement dans le parcours olympique. « C’est plus facile de se cacher et de ne rien faire que de vouloir organiser de grands événements. Alors chapeau bas et merci à la Région et à Laurent… Il faut que ces Jeux soient populaires… »

Suivis de près par Jean-Luc Boch, président de l’Association des maires des stations de montagne (ANMSM) et maire de La Plagne, Alexandra Maulin, présidente des Domaines skiables de France (DSF), des représentants du Syndicat national des moniteurs de Skis français (SNMSF)… Et bien d’autres protagonistes de ce monde économique de la montagne comme Patrick Grand Eury, responsable du Cluster Montagne, Outdoor Sports Valley (OSV) ou encore Fabien Saguez, président de la Fédération Française de Ski (FFS). ) de retour de Paris où l’équipe de France de biathlon a été récompensée par la ministre des Sports Amélie Oudéa Castéra. Étaient également présents pour la soirée olympique le biathlète savoyard Eric Perrot, récompensé à Paris dans l’après-midi, et Tignard Johan Clarey, vice-champion olympique de descente 2022 et retraité de très rapide piste.

Vincent Jay, Antoine Chalançon, Anaïs Bescond, Carole Montillet et Antoine Dénériaz.  PhotoLD

Vincent Jay, Antoine Chalançon, Anaïs Bescond, Carole Montillet et Antoine Dénériaz. PhotoLD

Avec l’équipe olympique de la région Auvergne-Rhône Alpes

Dans cette équipe olympique dont le travail a été salué, notamment avec le rôle de Gilles Chabert, élu manager de la montagne et désormais des Jeux olympiques et paralympiques, et de Vincent Jay, directeur de projet, champion olympique de biathlon 2010, qui porte le dossier avec flamme. « Je suis un enfant olympique, né à Albertvile et à 7 ans, j’ai assisté aux 92 Jeux des Menuires avec le souvenir du slalom masculin et du dernier concurrent le plus applaudi de Tomba ! Je vis du JO, je mange du JO, je dors du JO mais cette nomination vous appartient », a déclaré Vincent Jay.

Dénériaz : « 1 € dépensé génère 2 € dans la région »

Autre champion olympique, Antoine Dénériaz, sacré en descente en 2006, aujourd’hui président de la commission des Jeux olympiques et paralympiques de la Région, qui a dérapé sur le terrain économique et écologique. « 1 € dépensé génère 2 € sur le territoire… Cette ambition doit prendre en compte les enjeux climatiques et accélérer la transition. »

Lui répondant, chez les femmes, Carole Montillet, son alter ego, médaillée d’or en descente en 2002, a évoqué le rôle des bénévoles et la ferveur de ces deux prochaines semaines. Antoine Chalançon, athlète paralympique accompagné de son entraîneur Anaïs Bescond, a confié son ambition de donner de la grandeur au sport paralympique.

Wauquiez : « Il y a encore du travail jusqu’en juillet »

Après un message de Renaud Muselier pour les Alpes du Sud, Laurent Wauquiez a conclu : « Il y a encore du travail jusqu’en juillet. Nous avons construit cette victoire collectivement et nous sommes plus forts ensemble avec les Alpes du Sud. Je suis fier de ce nom « Alpes Françaises »… C’est une façon de communiquer de manière positive pour sortir du ski bashing. ..Mais sans refaire Albertville 92. C’est l’occasion d’accélérer la transition en étant responsable en montrant ce qu’est une montagne durable avec le soutien des entreprises. »

Une partie de la délégation Val d'Isère avec Ingrid Jacquemod.  PhotoLD

« Val d’Isère doit être dans notre candidature ».

« Val d’Isère doit être dans notre candidature. Val a sa place. Il faut un maximum de publics et ce ne sera pas facile si on se limite à un seul site (éd. Courchevel). Il faudra demander cette décision au CIO », a lancé Laurent Wauquiez, sous les applaudissements du public, en présence du maire de Val d’Isère, Patrick Martin, d’une grande partie du conseil municipal et d’Ingrid Jacquemod, directrice de le club sportif.

Selon nos informations, Michel Vion, secrétaire général de la FIS, a effectué un bilan à Courchevel le 22 mars et devra rédiger son rapport pour le CIO.

LD


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *