Aller au contenu
Home » Blog » 400 ans de Molière et de la raclette savoyarde

400 ans de Molière et de la raclette savoyarde

Vanessa, à l’occasion des 400 ans de la naissance de Molière, nous marchons sur ses pas à Pézenas dans l’Hérault.

Pézenas vit tout le week-end sous le signe de Molière, avec une jolie tête d’affiche : Francis Perrin. Pour l’occasion, l’acteur monte sur les tables pour deux représentations.

Alors pourquoi partir à la découverte de Molière à Pézenas ? Et bien parce que cette ville sera un tournant dans sa carrière. Ce n’est pas pour rien que Marcel Pagnol a dit que « Jean-Baptiste Poquelin est né à Paris, Molière est né à Pézenas ».

C’est-à-dire ?

Pour comprendre Marcel Pagnol, il faut remonter le temps. Molière a fondé son illustre théâtre à Paris. Une aventure qui tourne vite à l’échec. Croûté de dettes – que son père rembourse, Molière quitte les routes de France et particulièrement du côté sud-ouest, vers Pézenas. La même ville où le prince de Conti s’est verdi après l’échec de la Fronde contre Louis XIV. Et dans sa maison de La Grange des Prés, pour occuper sa maîtresse qui s’ennuie, il se produit avec la compagnie de Cormier.

Mais Molière réussit à prendre le dessus grâce à son talent, mais aussi grâce à un petit coup de main que Philippe Charleux, pensionnaire de l’Hôtel d’Alphonse, nous raconte : « Le poète Sarasin, qui était proche du prince de Conti car alors qu’elle travaillait pour lui, elle succomba au charme d’une des comédiennes de la compagnie de Molière et fit tout pour favoriser Molière et le faire accepter par le prince comme troupe de théâtre.

C’est ainsi que la troupe devint la compagnie officielle du prince de Conti. Un « statut » qui rouvrira ses portes pour revenir à Paris et Versailles.

Et cette Grange des Prés où se déroulaient les représentations, peut-on la visiter ?

Oui, l’office de tourisme organise des visites guidées en itinérance, comme l’Hôtel d’Alphonse avec sa superbe loge Renaissance, où Molière a joué sa farce. »Le docteur volant» devant le Prince de Conti. Il faut savoir qu’il jouait aussi régulièrement pour les délégués de la Province lorsqu’ils venaient siéger aux sessions des États du Languedoc, trois mois par an.

Autre lieu : l’Hostellerie du Bat d’Argent, où séjourna Molière, le Square Molière avec une splendide statue en marbre de Carrare d’Injalbert de la fin du XIXe siècle. Et puis un dernier lieu, plus insolite mais central pour la création de Molière : « La boutique Barbier Gély, où Molière avait l’habitude de venir, où il s’asseyait dans un fauteuil et écoutait ce que les gens disaient. Et ce fameux fauteuil est visible au Musée de Vulliod.

Le centre historique est à découvrir ! Les grands de la province du Languedoc ont fait construire de magnifiques palais. Et mon adresse préférée est en plein centre-ville : Les galeries de Beaulac. Beaucoup de caractère. 4 chambres et une suite dans un ancien couvent des Ursulines des années 1600.

Marion Sauveur, allons avec vous dans les Alpes.

Avec le refroidissement des températures, je voulais une soucoupe qui me réchaufferait aujourd’hui. Et j’ai forcément pensé à un fromage. Et il y a un fromage savoyard qui est roi en hiver, c’est la raclette : la raclette de Savoie. Il est facilement identifiable grâce à son Indication Géographique Protégée.

Cette raclette savoyarde qui, une fois fondue, dégagera peu d’huile et enrobera parfaitement vos pommes de terre.

Pour faire cette raclette il faut du bon lait. Ce sont 700 éleveurs locaux de vaches (Montbéliarde, Abondance et Tarine) en Savoie et Haute-Savoie qui produisent le lait pour faire cette raclette savoyarde, comme Thomas Dantin. Il est éleveur laitier à Meyrieux-Trouet. Et le bon lait vient de la bonne nourriture donnée au troupeau.

« Un lait d’une qualité laitière irréprochable puisque notre raclette est au lait cru. Nos animaux doivent être traités avec les produits de l’entreprise : fourrages, céréales et substances protéiques (tourteau de colza ou de soja). Ce sont des éléments apportés localement et sans OGM C’est ce que fait la qualité de notre lait et ensuite la qualité de notre fromage ».

Le lait est collecté quotidiennement. Et le fromage est ensuite fabriqué le lendemain, avant d’être affiné pendant au moins 56 jours. Et c’est ce que donne cette raclette savoyarde, toujours naturelle, jamais épicée ni parfumée.

Depuis quand existe la raclette ?

Le terme raclette est né en Suisse au 19ème siècle. Mais le principe du grattage du fromage fondu à la chaleur remonte au Moyen Âge. Les bergers alpins appréciaient ce « fromage rôti », comme on l’appelait, lorsqu’ils menaient leurs troupeaux au pâturage. Ils utilisaient un feu de bois pour faire fondre le fromage et le dégustaient sur du pain.

Et la raclette contemporaine est entrée dans nos cuisines dans les années 1970, avec la démocratisation des sports d’hiver, l’essor du tourisme et la création de l’appareil à raclette. On le doit à Téfal basé à Rumilly, en Haute-Savoie.

Parlons de choses sérieuses ! Avez-vous des conseils pour varier les plaisirs avec la raclette ?

Pour changer de la raclette classique, pensez aux épices : baies roses, poivrons, herbes/légumes frais pour alléger la raclette : oubliez les charcuteries. Pour ceux qui veulent changer de charcuterie, mais pas au régime : du saumon fumé et de l’aneth.

Et s’il nous reste de la raclette, auriez-vous une petite recette ?

Vous conservez déjà votre raclette soigneusement emballée dans son papier d’origine, dans le bac à légumes de votre réfrigérateur, elle se conserve jusqu’à 3 semaines. Et pour changer de la raclette classique, je vous propose un petit sandwich pomme de terre-raclette, avec les mêmes bases que la raclette : pommes de terre-saucisson-raclette.

Vous faites cuire vos pommes de terre. Ajouter la raclette à chaque demi pomme de terre. Un petit tour au four pour le faire fondre. Une fois fondu, il ne reste plus qu’à ajouter le jambon et reformer la pomme de terre, bien garnie. Elle a bon goût et change de la raclette classique !

Sandwich pommes de terre et raclette

Ingrédients :

  • 6 tranches de raclette
  • 6 pommes de terre
  • 6 tranches de jambon cru
  • 6 brins de thym
  • 6 noix de beurre

Les étapes de la recette :

1. Coupez vos pommes de terre épluchées en deux. Ajouter une noix de beurre, le thym et cuire 30 minutes à 180 degrés en retournant à mi-cuisson.

2. Après 30 minutes de cuisson, recouvrir chaque moitié de pomme de terre (côté plat et coupé) d’une demi-tranche de fromage. Remettre au four quelques minutes jusqu’à ce que le fromage soit fondu.

3. Une fois le fromage fondu, ajouter la demi-tranche de jambon sur 6 demi-pommes de terre. Couvrir avec les 6 autres moitiés de pommes de terre. Et servir. Pour tenir le chignon ensemble, utilisez un pic.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.